Avec l'initiative pour la recherche sur le développement durable, la SCNAT, avec ses institutions sœurs, promeut la science sur le développement durable et l’Agenda 2030. Elle accorde une attention particulière au traitement conjoint des questions socialement prioritaires dans les consortiums globaux.en plus

Image : OscarLoRo, stock.adobe.comen plus

Protection du climat : le Conseil fédéral approuve un accord avec la Thaïlande

Lors de sa séance du 3 juin 2022, le Conseil fédéral a approuvé un accord bilatéral avec la Thaïlande en matière de protection du climat. Cet accord crée les conditions-cadres permettant à la Suisse de réaliser en Thaïlande des projets de réduction des émissions de CO2 et d’imputer les résultats ainsi obtenus à son objectif de réduction. La Suisse a conclu des accords similaires avec le Pérou, le Ghana, le Sénégal, la Géorgie, le Vanuatu et la Dominique.

argiculture
Image : pixabay

En ratifiant l’Accord de Paris, la Suisse s’est engagée à réduire de 50 %, d’ici à 2030, ses émissions de gaz à effet de serre par rapport au niveau de 1990. Si elle entend atteindre cet objectif avant tout par des mesures à l’échelle nationale, elle peut aussi, en vertu de l’Accord de Paris, compenser ses émissions en menant des projets climatiques à l’étranger et en imputant à son objectif national les réductions d’émissions ainsi réalisées.

Le 20 octobre 2020, la Suisse et le Pérou ont été les premiers États à signer un tel accord. Puis, la Suisse a conclu un accord similaire avec, respectivement, le Ghana, le Sénégal, la Géorgie, le Vanuatu et la Dominique. Lors de sa séance du 3 juin 2022, le Conseil fédéral a approuvé un accord de ce type avec la Thaïlande qui permettra à la Suisse de réduire les émissions de CO2 dans ce pays d’Asie du Sud-Est grâce à des projets de protection du climat. Ainsi, la Fondation KliK entend, dans le cadre d’un premier projet tombant sous cet accord, introduire un réseau de bus électriques dans la capitale thaïlandaise, Bangkok.

Protection de l’environnement et droits de la personne : des normes strictes

En concluant ces accords, la Suisse jette les bases pour mettre sur pied des projets climatiques internationaux qui répondent à des exigences strictes en matière de protection de l’environnement tout en respectant les normes internationales de protection des droits de la personne. Les accords obligent en outre les deux parties à utiliser une méthode qui prévient le double comptage des réductions d’émissions réalisées. Les projets sont soumis à un contrôle régulier de leur conformité aux critères définis.

Catégories